C’est reparti mon kiki de tous les kikis, un mois s’est écoulé depuis la dernière rétrospective culturelle, et on a regardé plein de kruks à nouveau—surtout qu’on était en vacances pendant une semaine, tu vois, alors bon, on a méga-croûté et regardé des flimes, alors que d’habitude on s’endort comme des vieilles moules au bout de dix minutes.

Si tu aimes les critiques mal faites, les mini-spoilers et les encensements/rouspétages, tu es au bon endroit. Sinon, mon épouxe a déjà probablement mieux chroniqué que moi et tu peux aller lire ses kruks de vieil érudit.

Films

J’ai tendance à choisir plein de vieux nanards quand je les vois passer, et on a décidé d’être plus chipoteux dans ce qu’on regarde. Déjà qu’on a à peine neuf heures et demie de sommeil chaque nuit, hein, on a plus le temps pour regarder des vieilles chaussettes cinématographiques.

Alors tous les films qui suivent ont été soigneusement choisis et mis dans une liste de kruks regardatoires. On s’est trompés quelques fois, mais au final on avait eu un panel de bons flimes bien sympas!

Suitable Flesh (2023)

Je sais pas ce qu’ils ont fichu avec ce film. Le concept était intéressant, et puis on commence à regarder et tout est chié. Mais, pas chié façon The Room, où au moins on peut se marrer. Chié dans le montage, chié dans le jeu des acteurs, chié dans les longueurs. Bref, selon moi, à éviter. On l’a même pas terminé.

Birth / Rebirth (2023)

Une vraie claque. Un film atrocement bon. Un témoignage de jusqu’où on peut aller dans le glauque et l’immoral par amour maternel. Un témoignage aussi de l’influence du trauma sur la santé mentale et les ambitions des gens. Attention, trigger warnings dans tous les sens. Il mérite d’être vu si vous avez les tripes bien accrochées.

Thanksgiving (2023)

Un petit slashouille bien sympathique, on ne s’est pas ennuyés. Ça reste un slasher, donc bon, ça gorouille à droite à gauche, mais il respecte les règles du genre quoi. Bonne note pour ma part: je n’ai pas trouvé qui était le tueur avant la fin (alors que bon, en y repensant, c’était évident (j’ai des astuces)).

It Lives Inside (2023)

Un film d’horreur sympa, sans plus, où j’ai eu le plaisir de retrouver l’actrice de Never Have I Ever. Quelques moments glauques, un regard intéressant sur une culture différente dont (au moins moi personnellement) on n’entend pas souvent parler à l’écran. Pas inoubliable, pas re-regardable, mais un bon moment de passé tout de même.

The Beekeeper (2024)

Film d’action sympa avec Jason Statham qui joue du Jason Statham. Y’a des gens très vilains qui ont tué la dame qui louait sa grange à Jason, et Jason il est pas content et il va aller leur ratatiner les glaouis à lui tout seul contre trouze mille. Franchement, on s’est pas ennuyés, les scènes d’action étaient bonnes, mais encore une fois pas un chef-d’oeuvre non plus.

Hellboy II: The Golden Army (2008)

Après avoir vu le premier le mois dernier avec le Pouxe (mon fils cadet), il a exprimé l’envie de voir le suivant. Ça tombe bien, c’était un moment sympa, et le plaisir de lui faire ENFIN voir quelque chose de différent de d’habitude.  C’est le moment soirée-pizza en famille, que j’apprécie.

On regarde surtout des flimes que nous, adultes, avons déjà vu, car Pouxon a tendance à parler tout le temps (il a des difficultés à avoir un monologue intérieur), donc c’est un moment de partage sympa où on peut échanger sans frustration pour nous d’avoir loupé un bout de film.

Here for Blood (2022)

Celui-là, je l’avais choisi au pif, et purée je regrette pas! J’ai eu un peu peur au début parce que bon, y’avait quelques longueurs, et je ne suis plus très patiente… mais ça vaut le coup de s’accrocher. On a bien ri, c’était un moment très agréable. Si vous aimez ce genre de film (voir trailer), surtout ne loupez pas celui-là!

Brooklyn 45 (2023)

Les films en huis-clos: yes! Les films où y’a des kruks surnaturels: yes! Les dialogues étaient très bon, l’ambiance aussi. Plein de questions à se poser, et le film laisse intelligemment certaines sans réponse, du coup on y repense à nouveau par la suite et on se demande ce qu’on aurait fait à leur place. Yabon.

Please Don’t Destroy: The Treasure of Foggy Mountain (2023)

Au début j’ai eu peur, les trois grands dadais là ça me faisait penser à une comédie d’ados ou adulescents… et puis ça devient fun très vite. Mention à la scène en rollers, qui m’a faite bisquer vu que je me suis bousillé l’épaule en rollers en début d’année, mais qui était juste géniale à regarder!  Bref… Dans la vraie vie, je ferais fuir ces gens loin de moi, LOIN, en leur donnant des claques si nécessaire. Je les supporterais pas. Mais dans ce film? Ils étaient attachants et drôles, et j’ai passé un bon moment.

Resurrection (2015)

Non mais il faut arrêter avec leurs ambiance médiévales froides et humides pour faire style, là. Tout était mou, je me suis faite chier, et je me suis endormie. Je vous le recommande pas!

X (2022)

Alors, j’ai rien contre le cul, au contraire. Mais là, la première partie était uniquement consacré à ça et c’était LONG. La seconde partie, ça commence à sarcler dans les stouques, ça slashe correctement et bien dégueulassement. En fait ils auraient pu faire moitié temps et ça aurait probablement suffit.

Pas mauvais comme film, mais ça m’a pas spécialement donné envie de tenter la suite.

The Hole (2009)

Trois ados cons comme leurs pieds trouvent un trou sans fond dans le sous-sol de la maison, et ça devient très vite un big merdier surnaturel. Au lieu de refermer le trou, ils le laissent ouvert—logique—et s’ensuivent plein de problèmes.

Alors, c’était fun, mais j’ai du mal à supporter les gens qui prennent des décisions stupides dans les films. Genre, au début du siècle dernier, on avait pas encore les films d’horreur, tout ça, OKAY. Tu sais pas qu’il faut pas monter seul·e les escaliers, tu sais pas qu’il faut dire Goodbye à la Ouija, tu sais pas que le type qui arrive vers toi en bavant du sang c’est un zombi, OKAY. Mais là, désolée, c’est juste pas possible.

A Creature Was Stirring (2023)

J’ai beaucoup aimé, jusqu’à la fin qui explique des trucs sans rien expliquer. En faisant des recherches sur le net, j’ai trouvé plusieurs hypothèses qui m’ont beaucoup plu, donc je pense que c’est un film excellent qui a une fin mal fichue.

À voir, et à méditer. C’est hyper poignant et je ne me suis pas ennuyée.

No Way Up (2024)

Y’avait des alertes en ligne qui disaient, “attention c’est nul”—mais on est des mercenaires du flim de requin, nous, alors on a tenté quand même, en se disant que si au bout de quelques minutes c’était effectivement nul, on pourrait passer à autre chose.

Eh bien c’était pas mal, même si mon perso préféré meurt vite, et celui qui nous agace biiiien plus lentement. Des décisions un peu cons de la part de certains personnages, mais les requins étaient bien faits, et on s’est bien amusés.

Event Horizon (1997)

Faut-il que j’aime mon épouxe pour m’infliger ça, tout de même.

Jules (2023)

J’étais pas forcément hyper chaude pour le voir, et puis finalement c’était un film léger et émouvant. Un petit WTF à la fin, tout de même, avec le chat de la dame, mais sinon c’était chouette, même si je n’ai reconnu Ben Kingsley qu’après avoir visionné le flime.

Saltburn (2023)

Alors. Comment vous dire.

Terrible.

Affreux.

Génial.

À ne pas mettre entre toutes les mains.

Un mix du Talentueux Mr Ripley, de Gossip Girl, des Liaisons dangereuses… mais en même temps, vraiment très original et bien fait. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point il était dérangeant et glauque, et génial à la fois. Laissez-vous tenter. J’y pense encore plusieurs semaines après.

Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile (2019)

Après avoir ennuyé mon tendre épouxe pour qu’il commence à regarder Dahmer avec moi, en l’appâtant avec mon article sur les zombis, j’étais dans un trip serial killer. Ce film est formidablement bien fait, Zac Effron est incroyable dans le rôle de Ted Bundy.

We Are What We Are (2010)

Non. J’ai dormi. Quelle purge.

Lonely, Dark, and Deep (2024)

Ça aurait pu être bien, mais c’était mou. Décevant, pour moi.

Jeux vidéo

J’aimerais bien me remettre à jouer tous les jours comme à une époque, mais je n’ai plus le temps—ni l’envie, apparemment. Mais je trouve souvent un nouveau jeu à tester, et pendant ces quelques heures de bonheur, je me retrouve à nouveau gameuse dans l’âme.

Nightingale

Un jeu bien joli et sympathique, mais qui devient vite lourd. À chaque nouveau biome, il faut se refaire toute une base pour ne pas avoir à ramer sans arrêt pour les ressources. À part cela, les batailles étaient chouettes et on s’est régalés.

The Tribe Must Survive

Pile poil le genre de jeu que j’aime. Seule petite critique: pas assez de randomitude dans les évènements qui se passent, du coup on en vient à tout anticiper au bout de quelques parties. Il n’en reste pas moins difficile, cela dit, ni agréable à jouer.

Craftomation

Je kiffe les jeux avec des robots à programmer. Là, on envoie ses robots récupérer des ressources, fabriquer des trucs, c’est le pied. Même critique que précédemment: c’est toujours la même carte, une carte aléatoire serait la bienvenue pour garder l’intérêt de cette joueuse.

Livres

À quoi qu’on sait que je suis crevée? Au fait que je ne lise qu’un livre dans tout le mois. Je lis en journée, mais pas de la fiction—la fiction c’est le soir, au moment de dormir, bien calée dans mon coussin-saucisso, avec mon Kindle Paperwhite. Et si je suis tafigue, forcément, je lis un tiers de paragraphe avant de me mettre à bavo-ronfler…

Let the Right One In

Après avoir vu le film le mois dernier, j’étais curieuse de lire le livre, et je n’ai pas été déçue. On en apprend plus sur les personnages, les motivations. Il y a aussi plusieurs scènes qui ne sont pas dans le film, et qui rajoutent de l’intérêt au storytelling. Bref, j’ai beaucoup aimé!

Musique

Je n’écoute plus assez de musique ces temps-ci pour avoir une vraie playlist à vous proposer tous les mois, mais voici la chanson qui m’a accompagnée un bout de temps en Février. Une reprise, par Kristen Cruz, meilleure que l’originale pour moi.

I See Red

Séries TV

On a tenté de nouvelles séries en Février, et même si on est pas des rapides, on a quand même réussi à en finir une!

Boy Swallows Universe (S01)

Cette série avait beaucoup de chances de me plaire… à part que les drogues ça me triggerise. J’arrive pas à trouver attachant les parents, ça m’a pourri mon groove, et du coup je n’ai pas eu envie de continuer plus loin que le premier épisode. Snandy a dû le sentir, il ne m’a pas proposé de voir la suite.

Cheers

Pololo. J’imagine qu’à l’époque c’était ptêt chouette. Aujourd’hui, ça passe pas vraiment. J’ai fait l’effort d’en regarder plusieurs épisodes au cas où ça s’améliore, mais j’ai fini par m’endormir à chaque fois. Pas emballée.

Derry Girls

Vu toutes les saisons. L’humour, les personnages, l’ambiance—tout est merveilleux. Je pensais que je serais triste d’en arriver à la fin, mais c’était réellement touchant et bien fait jusqu’au bout. Je préfère qu’une série finisse bien tôt, plutôt qu’elle dure et finisse par terminer en merde parce qu’elle n’a pas été renouvellée. Je suis incapable de dire quel est mon personnage préféré, tellement ils sont tous attachants et réussis.

Prison Break

Ça fait un bail que j’harcèle Snandy pour qu’il tente Prison Break. Il n’avait vu que le premier épisode et était franchement contre l’idée (ça ne lui avait pas plu à l’époque). Mais je savais qu’en poussant un peu avec un épisode ou deux de plus, ça lui plairait. Michael Scofield c’est pas vraiment le personnage le plus intéressant, faut dire, forcément le pilote était un poil fade. Et j’avais raison (comme pour Stargate SG-1, que je l’ai harcelé pour qu’il regarde, et qui lui a finalement plu aussi)!

À l’heure où j’écris ces lignes, on en est à la saison 2, et je sais que la 3 est bonne aussi. Pour les suivantes, je les avais moins aimées, je laisserai Snandy dire s’il a envie de voir la suite ou pas.

Dahmer

J’ai trouvé cette série hyper bien faite. C’est dur, mais avec un jeu d’acteur très juste. J’aime tout ce qui est psychologie des criminels (est-ce dû à mon besoin irrépressible de self-preservation? probablement). Nous n’avons pas fini la série pour l’instant, mais je suis en attente de la saison 2 (qui ne parlera pas de Dahmer, cela dit).

Et toi, t’as consommé quelle culture en Février 2024?

Partage-moi tes perles en commentaire, et dis-moi quoi éviter à tout prix! Merci!

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Féministe multipotentielle et omnipassionnée. Neurospicy, malade chronique, et assidue de la slow life.

Garde tes conseils validistes pour toi

Garde tes conseils validistes pour toi

Ouh, bordayl, que j'ai pu en entendre, des conseils merdico-validistes au cours de ma vie. "T'as essayé X?", qu'on me demande, genre je souffre parce que ça me fait plaisir, ou parce que je suis trop conne pour avoir cherché des solutions par moi-même pendant des...

En bordel dans la tête

En bordel dans la tête

Pour que ce soit bien rangé dans ma tête, j'ai besoin que ça soit bien rangé autour de moi. Contrairement à mon épouxe qui aime vivre dans le chaos de son bureau, mon cerveau-lent craque et zigzague quand tout est en merdier. Et là, ces temps-ci, mon Artelier est en...

J’existe invisible

J’existe invisible

Je vis dans deux mondes parallèles. Dans l'un, on me voit—souvent en train de dire des conneries ou de parler d'art et de culture. Je suis jamais la dernière à rigoler, je me passionne, je fais des kruks sympas, et je vis une vie super chouette avec les gens que...

Grumpy Poulpi

Grumpy Poulpi

Ça fait super longtemps que je n'ai pas créé—que je n'ai pas posé mon cul sur une chaise ou sur un tabouret, et fini un projet artistique. Oh, j'ai essayé de peindre, et j'ai tout recouvert de gesso immédiatement. J'ai fait des petits projets en crochet. J'ai...